Sélectionner une page

Hemeroplanes Triptolème 1

En matière de mimétisme pratiqué par les insectes pour leurrer ou effrayer leurs prédateurs, le Guru, s’il ne se trompe pas, s’était arrêté à la chenille qui portait un masque d’Halloween. Ce dernier exemple de technique de survie, parmi beaucoup d’autres, était déjà assez impressionnant. Mais avec la chenille Hemeroplanes décrite ici, nous ne pouvons que nous prosterner devant le miraculeux travail de l’évolution. Pour elle, la survie en tant que chenille signifie de se déguiser en serpent !

Les Hemeroplanes appartiennent à la famille Sphingidae et elles sont trouvées dans de nombreuses régions d’Amérique du Sud, en Afrique et en Amérique centrale. En y regardant de plus près, ce qu’on aura pu prendre pour un reptile se révèle anormalement court, et tandis que sa face supérieure semble assez indéfinissable, la chenille Hemeroplanes a la capacité de revêtir son déguisement de serpent au moment où elle se sent en danger.

Chenille Hemeroplanes au repos :
Hemeroplanes Triptolème 3

Elle n’a pas que l’apparence d’un serpent, elle en imite également le comportement. Menacée, elle n’hésitera pas à se jeter en arrière (se lever) pour se tourner, révélant ainsi sa face inférieure qui est cachée quand la chenille est au repos. Les segments antérieurs du corps de la chenille se gonflent pour former une tête en forme de diamant et lorsqu’elle est complètement gonflée les “yeux”, de la fausse tête de serpent, semblent s’ouvrir.

Deux exemples en mouvements :

Pour rapidement effrayer ses prédateurs, cette inoffensive chenille peut également déplacer son corps comme un serpent qui frappe, malgré le fait qu’elle ne possède ni crocs, ni venin.

Hemeroplanes Triptolème 2

Plus tard, elle deviendra un “simple” papillon de nuit :Hemeroplanes triptolemus

Beaucoup d’animaux ont des taches semblables à des yeux, appelées ocelles, visibles sur leur corps. Pour la plupart, ces ocelles sont censés intimider les prédateurs ou détourner leurs attaques des parties vulnérables de leur corps. Que les ocelles ressemblent aux yeux des propres ennemis de leur prédateur est estimé comme particulièrement vrai pour les chenilles de papillons. Ainsi, elles surprennent les oiseaux qui les prennent pour de dangereux serpents. Malgré l’acceptation de ce fait, ce phénomène est étonnamment peu étudié.

Dénichée sur le Caterpillars Eyespots.

Pin It on Pinterest

Share This