Pour l’agouti, les heures supplémentaires sont mortelles

agouti2

Voici l’agouti, un rongeur d’Amérique du Sud et central qui n’aime pas qu’on le compare à un rat aux grandes pattes, donc, nous dirons qu’il ressemble à un grand cochon d’Inde longiligne… Ils passent la plupart de son temps à rechercher des fruits, des graines et d’autres aliments qu’il mange sur place ou qu’il stocke plus loin pour la saison des pluies d’été.

Le principal prédateur de l’agouti est l’ocelot (image ci-dessous), un chat sauvage de taille moyenne avec la robe du léopard. Heureusement pour les agoutis, les deux espèces travaillent en horaire décalé.
Ocelot_01

Lorsque les chercheurs d’Europe, d’Amérique centrale et des États-Unis ont suivi les animaux avec des pièges photographiques et des colliers émetteurs, ils ont trouvé que 94 % des agoutis étaient actifs pendant la journée, tandis que 78 % des ocelots travaillaient la nuit.

Piège caméra filmant un ocelot croquant un agouti :

Entre minuit et l’aube, les chercheurs ont trouvé 30 ocelots pour un agouti, ce qui signifie que de trainer dehors après le coucher du Soleil est une entreprise risquée pour les rongeurs. Il semble que se coucher et se lever tard, chez les agoutis, augmente leur chance de survie.

Mais certains agoutis, comme les 10 animaux munis de colliers émetteurs qui ont été tués par des ocelots la nuit durant l’étude, n’ont pas le luxe de maintenir des heures d’activités normales. Si leur territoire à beaucoup de nourriture, ils peuvent se permettre de faire la grasse matinée dans leurs terriers et de revenir de leur récolte plus tôt dans la soirée. Cependant, si leur environnement immédiat contient moins de nourriture, ils s’efforcent de travailler plus dur et plus longtemps pour l’obtenir. Peut-être vont-ils chercher leur nourriture plus tôt dans la journée ou rester un peu plus tard. De toute façon, les chercheurs ont constaté que les agoutis dans les zones moins riches en nourriture étaient plus actifs quand la nuit était tombée, et plus susceptibles de se transformer en repas pour un ocelot. Trop de travail, tue !

Pour les chercheurs, nous aurions au moins un point commun avec les agoutis. Nous sommes tous deux des mammifères très, voir trop occupé, et n’ayant pas assez de temps pour tout faire. Donc, méfions-nous de l’ocelot qui rode bien après la sortie des bureaux…

Les chercheurs ont publiés leur étude dans la revue Animal Behaviour : Food acquisition and predator avoidance in a Neotropical rodent et l’ont décrite sur leur blog : The early bird becomes the cat food.

Tags: , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse