Le pouvoir d’attraction caché de la toile d’araignée (vidéos)

toile-araignée-charge-électrostatique

Il n’y a pas meilleur piège pour attraper les insectes, et même parfois les oiseaux et les chauves-souris, que la toile d’araignée grâce à sa résistance mécanique, sa rigidité et de nombreuses autres propriétés. Mais la science montre maintenant que les toiles de certaines araignées ont une capacité cachée supplémentaire : essentiellement, elles peuvent s’étendre et attraper les insectes en chute libre qui sont devenus, par le biais de l’environnement, une charge électrique statique.

Image d’entête du biologiste Victor Ortega-Jimenez à partir de l’étude décrite ici.

Semblables à la façon dont nous produisons de l’électricité statique, en nous frottant, par exemple, les pieds sur un tapis, les insectes et d’autres animaux peuvent également atteindre une charge électrostatique. Dans leur environnement quotidien, ils peuvent se charger en marchant sur des surfaces telles que le verre ou le plastique. En volant, par le biais du frottement de leurs ailes contre l’air, car celui-ci est chargé de particules.

Peu d’études ont effectivement examiné les conséquences de la charge électrostatique des insectes. De récents travaux sur les abeilles ont constaté que les bourdons chargés positivement peuvent détecter le champ électrique des fleurs, afin d’aider les insectes à identifier celles qui ont déjà été visitées par d’autres abeilles (ce qui modifierait la charge de la fleur) et valent donc la peine d’être visitées. D’autres recherches suggèrent que les charges électrostatiques aident les abeilles à communiquer entre elles.

Tout en jouant avec sa fille, Victor Ortega-Jimenez, biologiste à l’Université de Caroline du Nord (États-Unis) eu l’idée de tester si la charge électrostatique des insectes pouvait attirer les toiles d’araignée. En tentant de lui montrer comment une charge électrostatique fonctionne, il a acheté une baguette pour petit sorcier avec un mini générateur Van de Graaff qui confère une charge positive à certains petits éléments, la baguette peut être ensuite utilisée pour contrôler la lévitation de petits objets. Ortega-Jimenez, après avoir approché la baguette de la toile d’araignée, se rendit compte que celle-ci l’attirait (la toile…), ce qui l’a amené à se demander si les insectes chargés feraient la même chose.

Pour le savoir, Ortega-Jimenez et son collègue Robert Dudley ont utilisé la baguette pour recharger divers insectes tués récemment, y compris des abeilles, des mouches vertes, des mouches de fruits et des pucerons, ainsi que des gouttes d’eau de deux tailles différentes. Ils ont également recueilli des toiles à partir d’Épeire diadème, des araignées qui produisent des fils de soie qui sont très collants, minces et flexibles, et montés horizontalement sur un châssis en bois. Les chercheurs ont lâché les insectes et les gouttes d’eau (individuellement) sur les toiles à 25 à 35 cm au-dessus, et filmé ce qui s’est passé.


Les scientifiques ont constaté que les spécimens chargés déformaient les fils radiaux et la spirale de 1 à 2 mm, ce qui est égal à l’espacement des mailles de la toile. Les fils ont atteins les insectes et les gouttelettes d’eau avant que les objets frappent la toile. En revanche, des spécimens non chargés (neutre) n’ont pas attiré les fils de soie pendant la chute libre. Dans la nature, la déformation du fil causée par les insectes chargés pourrait accroître la probabilité que la toile soit en contact physique avec la proie potentielle, ce qui augmente les chances de capture, selon Ortega-Jimenez.

Les chercheurs ont également constaté que quand une goutte d’eau frappait la toile, une partie de l’eau restait sur celle-ci. Si une autre goutte d’eau tombait au même endroit, elle repousserait l’eau sur la toile, pouvant potentiellement l’endommager.

Il y a des études qui disent que les toiles d’araignées peuvent attirer des gouttes d’eau et agir comme un réservoir. Mais si l’eau affecte la toile d’araignée de cette manière, cela ne peut pas être bon pour l’araignée, car elle doit constamment la reconstruire.

Ortega-Jimenez voudrait maintenant comprendre comment se joue l’interaction entre la toile et les insectes chargés sur le terrain. Il est également curieux de savoir comment les particules chargées électriquement, comme les spores de pollen et fongiques, s’insèrent dans l’équation, ces particules pourraient s’accumuler et dégrader une toile tout en lui donnant une charge très négative ce qui le rend plus attiré par des insectes chargés positivement. La question importante pour y répondre est de savoir si les charges électrostatiques sont négatives ou positives pour l’araignée.

L’étude publiée sur Nature : Spiderweb deformation induced by electrostatically charged insects.

Tags: , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse