La bioluminescence donne au sagre ses sabres laser et son invisibilité

sagre01308-f1

Mesurant seulement 45 cm de long environ, le sagre peut sembler nettement moins impressionnant que ses cousins, ​​les grands requins. Mais ce poisson a maitrisé l’art de la bioluminescence, en se dissimulant de ses proies tout en mettant en garde les potentiels prédateurs.

Parce qu’il vit dans les profondeurs, il n’est pas surprenant que le sagre dispose de capacités bioluminescentes, mais ils sont une des rares espèces à utiliser cette adaptation de multiples façons. Sur le ventre, le petit requin a petite vésicules, appelées photophores, produisant de la lumière qui est visible au poisson qui passe sous lui. Ce sont généralement des proies, comme le Dr Julian Claes de l’Université catholique de Louvain (Belgique), principal auteur de l’étude l’explique. Imaginez que vous êtes une proie sur le plancher marin, vous vous attendez à voir la lumière du soleil disparaitre par l’ombre produite par un éventuel prédateur. Mais si celui-ci ne créé pas une ombre, car il produit lui-même une lumière similaire à celle du Soleil, vous ne verrez rien venir… Cette astuce permet au sagre d’engloutir plus rapidement des proies sans méfiance.

Le sagre dispose également de deux “sabres laser”, comme les chercheurs les nomment dans le titre de leur étude (lien plus bas) : “Un poisson d’eau profonde avec des sabres lasers – épine dorsale luminescente chez le sagre aux lumineuses contres mesures”, qui sont en réalité deux épines dures qui sortent par la droite du petit requin, presque en face de ses deux nageoires dorsales, vous pouvez les voir dans la photo d’entête. Ces épines acérées sont bordées par une autre série de photophores, qui les font briller.

Le Dr Claes explique :

C’était surprenant, pourquoi voudriez-vous essayer d’être invisible d’en bas, mais visible de la face dorsale ? C’est une façon de dire : “Ne me mords pas, je suis dangereux, j’ai des épines sur le dos, vous pourriez être blessé!”. Quand vous vivez dans ce lieu sombre, ce que vous essayez de faire c’est d’éviter d’être vu par d’autres animaux, parce qu’il n’y a pas de lieux pour se cacher, cela peut être très dangereux. Vous vous mettez en danger quand vous produisez de la lumière sur votre dos, sauf si il agit comme un système d’alerte. C’est surprenant que ces deux comportements apparemment opposés puissent se produire dans un organisme unique en même temps. C’est vraiment paradoxal.

Pour en savoir plus, consultez le document original complet sur Scientific Reports : A deepwater fish with ‘lightsabers’ – dorsal spine-associated luminescence in a counterilluminating lanternshark.

Tags: ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse