Mouvement dans l’infrarouge (Vidéo)

Mvt-infrarouge2

Après la très belle vue sur la récente et bouillonnante activité du volcan Etna, nous présentant l’invisible à nos yeux d’humains, nous restons dans le spectre de l’infrarouge, cette longueur d’onde que nous ne pouvons percevoir. À vrai dire, nous ne percevons pas grand-chose du spectre électromagnétique, ce que, de notre point de vue, nous appelons lumière. Une petite tranche, sur cette courbe qui peut aller à l’infini, qui comprend les couleurs bleues dans les longueurs d’onde de 400 nanomètres (un nanomètre représente un milliardième de mètre, à titre de comparaison, un cheveu humain a une largeur de 100 000 nm) et les couleurs rouges à environ 700 nm.

Domaines_du_spectre_électromagnétique

En zoomant un peu, on constate très bien que nos capacité visuelles ne représentent vraiment pas grand chose sur ce grand spectre électromagnétique.
Domaines_du_spectre_électromagnétique2

La lumière peut avoir des longueurs d’onde de l’ordre du nanomètre à une extrémité et s’étendre sur des kilomètres de l’autre. En théorie, il n’y a pas de limite à la grandeur d’une longueur d’onde.

Dans le proche infrarouge (PIR) la lumière a une longueur d’onde qui se trouve juste à l’extérieur de ce que nous pouvons voir sur l’extrémité rouge, avec des longueurs d’onde allant de 800 à environ 2000 nm (0,78 μm à 1,4 μm). Alors que nos yeux ne peuvent pas le détecter, à la différence des filtres de certains appareils photo qui bloquent la lumière visible mais laissent passer le PIR, nous présentant ainsi un monde bien différent. Le Guru se souvient d’ailleurs vous en avoir déjà présenté un bel exemple en photographie, dans son article : la pellicule saturée de rose qui détectait les camouflages durant la guerre froide.

Le photographe Andrew Hurtleff a profité des capacités de détection du PIR de sa caméra  pour créer une étonnante vidéo time-lapse,  à partir d’images infrarouges, qu’il appelle “Movements in Red” :
 

Comme vous pouvez le constater, le changement le plus évident se situe au niveau du feuillage qui apparait blanc, presque lumineux. En fait, les feuilles absorbent la quasi-totalité des longueurs d’onde de la lumière visible, sauf pour le vert, qu’elles reflètent. Nous disons que les feuilles sont vertes, alors qu’en fait, c’est la couleur de la lumière qu’elles renvoient. D’ailleurs, si des plantes pouvaient pousser sur d’autres planètes, en fonction des longueurs d’onde de lumière qui sont à leur disposition, elles pourraient nous renvoyer des couleurs très différentes. C’est ce que spéculaient des chercheurs de l’Université St Andrews et que le Guru vous décrivait dans son article : les planètes avec deux soleils développeraient des plantes noires.

Normalement, l’utilisation d’un filtre IR signifie que très peu de lumière visible pénètre dans l’appareil, ainsi le peu de couleurs, que vous voyez dans la vidéo, a probablement été ajouté par la suite pour l’art. Scientifiquement, c’est un peu exagéré, mais artistiquement l’effet est probant.

Pour l’anecdote, vous pouvez, à l’aide de n’importe quelle caméra électronique (téléphone portable…), en la pointant sur une télécommande infrarouge, appuyer sur un bouton de celle-ci. Votre œil ne verra rien, mais grâce à la caméra, vous verrez la diode à l’extrémité de la télécommande s’allumer. La plupart des télécommandes utilisent le proche infrarouge pour encoder et contrôler des impulsions électroniques, invisibles à l’œil mais assez vives pour votre appareil photo et, bien sûr, pour les capteurs infrarouges sur vos appareils électroniques conçus pour recevoir ces signaux.

La vidéo et d’autres belles images, comme celle d’entête sur le site de Andrew Shurtleff.

Tags: , , ,

2 Réponses à “Mouvement dans l’infrarouge (Vidéo)”

  1. CaféCourt
    25 février 2013 at 20 h 38 min #

    Excellent le coup du téléphone pour voir l’infra-rouge de la télécommande ;) mais (oh grand guru) quel est l’intêret d’avoir des capteurs sensibles dans l’IR sur nos smartphones alors que nous ne le percevons pas ? Je pensais (betement semble-t-il) que ces capteurs étaient limités aux longueurs d’onde visibles (ne serait-ce pour une question de coût) Il y a t-il d’autres longueurs d’onde que notre téléphone « voit » et nous non ?

Laisser une réponse