Comme chaque année, la glace de l’antarctique fond plus vite que prévu…

antarctique2

Le Guru a pris le parti de ne pas constamment évoquer les résultats scientifiques d’étude concernant l’impact écologique de l’homme sur son environnement, sinon il pourrait facilement consacré tout GuruMeditation à ce seul sujet et ce n’est pas le but du temple du Guru. Mais vous y êtes certainement sensibilisé quotidiennement et on a pas à attendre l’avale des Mayas, ou plutôt de ceux qui se font de l’argent sur leur dos, pour savoir que la Terre est en très mauvaise posture et que l’on court, que dis-je, que l’on se précipité vers une catastrophe. Ce que va décrire votre Guru plus bas, n’est qu’une preuve de plus sur ce qu’il pense déjà avoir évoqué : que chaque année les pires estimations en ce qui concerne le réchauffement climatique ou la fonte des glaces deviennent, l’année suivante, les estimations les plus optimistes…

La Station Byrd repose sur la couche de glace de l’ouest de l’Antarctique, L’inlandsis Ouest-Antarctique ou en anglais WAIS pour “West Antarctic Ice Sheet” et elle accueille des missions scientifiques pour explorer l’environnement Antarctique.

Les températures contrôlées à la Station Byrd datant de 1958 ont maintenant été étudiées par les chercheurs de l’Université d’État de l’Ohio, qui rapporte que :

Une augmentation marquée de 2.4 °C dans la température annuelle moyenne depuis 1958, c’est-à-dire trois fois plus vite que l’augmentation moyenne de la température autour du globe.

température-Station-Birdy-

La fonte du WAIS contribue actuellement à 0.3 mm du niveau de la mer chaque année, derrière la couche de glace du Groenland, qui est estimé lever les niveaux marins de 0,7 mm par an.

Deux inquiétudes particulières donnent de l’importance aux conclusions :

- Le WAIS se tient en majeure partie dans l’océan chauffant, en le rendant vulnérable à la fonte tant en raison des températures de l’air que de l’eau.

- Il y a assez de glace piégée dans le WAIS pour augmenter les niveaux marins jusqu’à 6 mètres.

Les scientifiques ont estimé que plus de la moitié de cette malheureuse contribution sera atteinte dans ce millénaire.

Cette estimation limite la date de fonte du WAIS à 2001, bien avant les nouvelles données montrant que le réchauffement du globe s’effectue plus vite que prévu.

Andrew Monaghan, le co-auteur de l’étude et le scientifique au centre national (américain) pour la recherche atmosphérique (NCAR – National Center for Atmospheric Research), note que :

Nous avons déjà constaté l’augmentation de la fonte de surface contribuant à la dissolution de la glace du Larsen B (Barrière de Larsen) en Antarctique, où le bord des glaciers a déchargé des sections massives de glace dans l’océan qui a contribué à la hausse du niveau de la mer. Les enjeux seraient beaucoup plus importants si un évènement semblable se produisait sur un plateau de glace retenant un des énormes glaciers du WAIS.

L’annonce sur le site de l’université de l’Ohio :  Study Shows Rapid Warming On The West Antarctic Ice Sheet.

L’étude publiée sur Nature Geoscience : Central West Antarctica among the most rapidly warming regions on Earth.

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse