Des gènes aident à déterminer le moment pour se réveiller et à qu’elle heure de la journée vous êtes le plus susceptible de mourir.

horloge-circadienne

De nombreux processus de l’organisme suivent un rythme quotidien naturel appelé l’horloge circadienne. Il y a certains moments de la journée où une personne est plus alerte, lorsque la pression artérielle est plus élevée et lorsque le cœur est le plus efficace.

Plusieurs mutations génétiques rares, qui peuvent (dé)régler cette horloge, ont été trouvées  chez l’homme, dans des familles entières où les individus se lèvent à 3 heures ou 4 heures du matin et ne peuvent pas rester en place bien après 8 heures du soir. Aujourd’hui, de nouvelles recherches ont, pour la première fois, identifiées une variante génétique commune qui affecte pratiquement toute la population et qui est responsable de votre tendance à être un lève-tôt ou un couche-tard sur plus d’une heure par jour.

En outre, cette nouvelle découverte démontre non seulement que ce polymorphisme commun influe sur les rythmes des personnes, au jour le jour, dans la vie, mais il se trouve que cette variante génétique permet également de déterminer le moment dans journée où une personne est le plus susceptible de mourir.

Les surprenants résultats (lien plus bas), pourraient profiter au travail en horaire décalé et à la planification des traitements médicaux, ainsi que dans le suivi de l’état de patients vulnérables.

Selon les explications du principal auteur Andrew Lim, de la Division de neurologie à l’Université de Toronto :

L’horloge biologique interne règlemente de nombreux aspects de la biologie et du comportement humain, tels que les préférences dans les temps de sommeil, les périodes de pic des  performances cognitives et le timing de nombreux processus physiologiques. Il influe également sur le calendrier de graves évènements médicaux tels que les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques.

Des études antérieures chez les jumeaux et des familles avaient suggéré que le retard ou la précocité d’une de leurs horloges pourrait être héréditaire et des expériences sur les animaux ont suggéré que le retard ou la précocité de l’horloge biologique peut être influencé par des gènes spécifiques.

Cette recherche est née il y a plusieurs années, alors que Lim travaillait dans le laboratoire du Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC). Lim et les autres membres du laboratoire étudiaient pourquoi les personnes âgées ont du mal à dormir et il avait rejoint un projet de recherche basé à l’Université Rush à Chicago impliquant 1 200 personnes âgées de 65 ans en bonne santé et qui participaient à des examens neurologiques et psychiatriques annuels.

L’intention initiale de la cohorte était de déterminer s’il y avait des précurseurs identifiables au développement de la maladie de Parkinson ou à la maladie d’Alzheimer. Dans le cadre de la recherche, les sujets ont fait l’objet de diverses analyses de veille-sommeil à l’aide d’un bracelet appelé actigraphe, qui fournit un enregistrement fiable de la tendance à l’activité d’un individu. En outre, afin de fournir aux scientifiques des informations sur la veille-sommeil dans l’année du décès, les participants ont accepté de faire don de leur cerveau après leur mort.

Mais l’enquête a pris un nouveau tournant lorsque Lim a appris que le même groupe de sujets ont également eu leur ADN génotypé. En faisant équipe avec des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital (Boston-Massachussetts), Lim et ses collègues ont comparé le comportement veille-sommeil de ces personnes avec leurs génotypes. Ces résultats ont ensuite été vérifiés dans un groupe de jeunes volontaires.

Ils découvrirent bientôt un seul nucléotide à proximité d’un gène appelé “périod 1” qui variait entre deux groupes qui diffèrent dans leur comportement veille-sommeil. Sur cette zone particulière du génome, 60 % des individus ont la base des nucléotides appelés adénine (A) et 40 % ont la base des nucléotides dite guanine (G). Parce que nous avons deux jeux de chromosomes, chez un individu donné, il y a environ 36 % de chance d’avoir deux A, 16 % de chance d’avoir deux G et 48 % de chance d’avoir un cocktail de A et G sur cette zone.

Ce génotype particulier affecte la structure veille-sommeil de pratiquement tout le monde et c’est un effet assez profond, assez pour que les personnes qui ont le génotype AA se réveillent une heure plus tôt que les personnes qui ont le génotype GG et les A-G se réveillent presque exactement au milieu.

En outre, l’expression du gène Période 1 était plus faible dans le cerveau et dans les globules blancs des personnes ayant le génotype GG, que chez les personnes ayant le génotype AA, mais seulement dans la journée, la période dans laquelle le gène est normalement exprimé.

Cette découverte constitue la plus importante contribution d’un seul génotype dans une large population pour déterminer la période de la journée où les gens se réveillent ou vont dormir. Mais la variante pourrait-elle également affecter d’autres aspects du rythme circadien de l’organisme ?

Pratiquement tous les processus physiologiques ont un rythme circadien, ce qui signifie qu’ils se produisent surtout à certaines heures de la journée. Il y a même un rythme circadien de la mort, de sorte que les personnes, de la population générale, sont en moyenne plus susceptibles de mourir le matin. Aux alentours de 11 heures qui est l’heure moyenne.

Lorsque les enquêteurs retournèrent examiner les personnes de l’étude (dont beaucoup s’étaient inscrites 15 ans auparavant,  à l’âge de 65 ans) qui étaient maintenant mortes, ils ont constaté que ce même génotype prédit six heures de variation dans le temps de la mort : celles qui ont le génotype AA ou AG sont mort juste avant 11 heures, comme la plupart de la population, mais celles avec le génotype GG, en moyenne, sont mort juste avant 18 heures.

Donc, il y a vraiment un gène qui prédit le moment de la journée où vous allez mourir. Pas la date, heureusement, mais le moment de la journée.

Selon Lim, des travaux supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les mécanismes par lesquels ces gènes et d’autres influencent l’horloge biologique du corps. En plus d’aider les gens à optimiser leurs horaires, la recherche pourrait éventuellement conduire à de nouvelles thérapies pour traiter les troubles de cette horloge comme on le voit dans le décalage horaire (jet-lag) ou le travail en horaire décalé.

“De plus, en travaillant sur les causes de décès qui sont influencés par les variations génétiques, comme celle que nous avons identifié, pourrait éventuellement conduire à des interventions rationnelles du temps, tel que la prise de médicaments pour le cœur à des moments particuliers en fonction de la version de la variante du gène pour assurer une protection pendant la période à risques d’un individu”, selon Lim. Les applications cliniques potentielles peuvent être aussi diverses que les nombreux processus qui contrôlent l’horloge circadienne.

L’étude publiée sur  Annals of Neurology : A common polymorphism near PER1 and the timing of human behavioral rhythms.

Tags: , , ,

2 Réponses à “Des gènes aident à déterminer le moment pour se réveiller et à qu’elle heure de la journée vous êtes le plus susceptible de mourir.”

  1. Tommy
    27 novembre 2012 at 3 h 09 min #

    tres longtemp que je suit gurumed et la c’est mon premier commentaires,j’était obligé de dire que cest magnifique !bravo a eux

  2. simonbosse
    9 juin 2014 at 15 h 22 min #

    Mon grand-père savait exactement quand et à quelle heure il allait mourir… Le juge lui avait dit!

Laisser une réponse