Sélectionner une page

De l’ADN infecte un virus lui-même caché dans un virus géant, dans une amibe, dans un œil, dans une femme…

17 Oct 2012 | 2 commentaires

Matryoshka1

Plus tôt cette année, une jeune française de 17 ans est arrivée chez son ophtalmologiste avec une douleur et une rougeur à l’œil gauche. Elle avait utilisé l’eau du robinet pour diluer la solution de nettoyage pour ses lentilles de contact et même si elles étaient destinées à être remplacées tous les mois, elle les a portées pendant trois ans. En conséquence, le fluide dans son étui à lentilles de contact a été contaminé par trois espèces de bactéries, dont une amibe appelée Acanthamoeba polyphaga qui peut provoquer une inflammation oculaire.

Le mystère de l’inflammation de la jeune femme a été résolu, mais Bernard La Scola et Christelle Desnues ont jeté un coup d’oeil (…) à l’intérieur de l’amibe et ils ont trouvé d’autres surprises.

Elle transportait deux espèces de bactéries et un virus géant qu’il n’avait jamais vu auparavant, ils l’ont appelé virus Lentille. A l’intérieur, ils ont trouvé un virophage, un virus qui ne peut se reproduire que dans des cellules infectées par des virus, qu’ils ont appelés Spoutnik 2. Et dans le Spoutnik 2 à l’intérieur du virus lentille, ils ont encore trouvé un plus petit parasite génétique, de minuscules morceaux d’ADN qui peuvent se déplacer dans le génomes du virus et voyager clandestinement à l’intérieur du virophage. Ils l’ont appelé transpovirons.

Ainsi, les pauvres yeux rouges de la patiente française portaient tout un monde de parasites imbriqués les uns dans les autres comme des poupées russes Matryoshka. Les transpovirons étaient cachés dans le virophage, qui a infecté le virus géant, qui a infecté l’amibe, qui a infecté les yeux de la femme.

La même équipe a trouvé le premier virophage, Spoutnik, en 2008, dans des circonstances similaires. Dans l’eau sale d’une tour de refroidissement parisienne, ils ont isolé une amibe qui contenait un nouveau virus géant, le mamavirus, qui a été détourné par Spoutnik (nommé d’après le mot russe pour « compagnon de route »). Le mamavirus, un virus aussi grand que certaines bactéries, fabrique de grandes usines virales à l’intérieur de l’amibe, où il fait de nouvelles copies de lui-même. Spoutnik détourne ces unités de production pour se reproduire aux frais du mamavirus. C’était une découverte révolutionnaire, la preuve que les virus eux-mêmes peuvent « être malades ».

Le monde des virophages a continué de croître. L’an dernier, Matthias Fischer et Curtis Suttle en ont découvert un seconde, le Mavirus, à l’intérieur d’un autre virus géant appelé CroV. Quelques semaines plus tard, Sheree Yau a annoncé un troisième virophage, OLV, infectant les virus géants du lac organique de l’Antarctique. Yau a aussi recherché par le biais de bases de données génétiques les séquences qui ressemblaient à OLV, et en a trouvé correspondre dans les îles Galapagos, au Panama, aux États-Unis et ailleurs dans l’Antarctique. Un monde de virophages attendait d’être découvert.

Dans le Spoutnik 2, La Scola et Desnues ont découvert un quatrième virophage. Plus important encore, ils ont trouvé son ADN à l’intérieur de celui de son hôte le virus Lentille. Cela prouve que, tout comme d’autres virus tels que le VIH et l’herpès qui peuvent insérer leur ADN dans les génomes des animaux, le Spoutnik 2 peut insérer son ADN dans les virus. Cela pourrait expliquer pourquoi des les virus géants avec un lointain lien de parenté sont souvent porteurs de gènes similaires. En sautant dans et hors de leurs génomes, les virophages pourraient agir en tant que véhicules qui transfert les gènes d’un virus géant à l’autre.

Ensuite, l’équipe a parcouru l’ADN, qu’ ils avaient récupéré à partir du virus Lentille, des fragments qui n’appartenaient pas en soit ni au virus Lentille ou ni aux génomes du Spoutnik 2. C’est un processus que le responsable de l’équipe Didier Raoult décrit comme « rechercher dans la poubelle ». Il dit: «Si vous voulez voir quelque chose de vraiment bizarre, vous avez à regarder où vous n’auriez pas pensé à regarder en premier lieu. » Et il avait raison.

L’équipe a trouvé un fragment d’ADN qui vivait à l’intérieur du virus Lentille, et en infériorité numérique de son propre génome de 3 à 14 fois. Ce fragment peut soit exister indépendamment dans le virus, ou s’insérer dans le génome de la Lentille, s’embarquant clandestinement dans son ADN. Il ressemblait à un transposon, un gène qui peut se placer soit à l’extérieur soit à l’intérieur du génome de cellules vivantes, et différentes des autres types d’ADN mobiles qui ont été trouvés à l’intérieur des virus géants. Raoult l’a appelé un transpoviron.

Tout comme la découverte de Spoutnik fait allusion à un monde inédit de virophages, la nouvelle étude de Raoult nous apprend que de nombreux virus contiennent des transpovirons, qui ne demandent qu’à être découverts. Son équipe en a déjà trouvé certains dans le génome des trois autres virus géants.

Il est encore difficile de savoir d’où proviennent les transpovirons, ni comment exactement ils se répliquent, mais nous connaissons quelques détails alléchants de leur biologie. Ils dépendent des virus géants pour se copier et ils sont incroyablement performants pour se reproduire. Lorsque le virus Lentille contamine d’abord l’amibe, les transpovirons se place en tête de la file d’attente de copie.

Ils peuvent se placer à l’intérieur du Spoutnik 2 et Raoult pense qu’ils peuvent utiliser les virophages comme véhicules pour se déplacer d’un virus géant à l’autre. Et ils semblent être un mélange de l’ADN provenant de plusieurs sources. Tous contiennent de six à huit gènes. Certaines ressemblent à des gènes du virus géants, un ou deux sont très similaires aux gènes du virophage et un semble provenir de bactéries. Le transpoviron est une chimère génétique, qui a dérobé des gènes provenant de diverses sources.

La même chose est vraie pour les virophages eux-mêmes. Le minuscule génome du Spoutnik contient des gènes qui semblent provenir de virus géants, de bactéries ou de cellules plus complexes. Le mavirus a des gènes qui ressemblent à des gènes ayant la possibilité de se déplacer appelés “transposons Maverick”, que l’on trouve dans de nombreuses cellules complexes, y compris les nôtres. Il est possible que ces séquences Maverick aient évolué à partir de virophages. Les virophages détournent les usines de reproduction des virus géants et les empêcher de faire des copies d’eux-mêmes. En ajoutant l’ADN du virophage dans leurs propres génomes, les cellules précoces pourraient effectivement avoir domestiqué ces séquences pour se défendre contre les virus géants.
Les cellules comme les bactéries et celles qui composent notre corps sont submergées par des virus mobiles et des morceaux d’ADN parasitaire. Et maintenant, nous savons que les virus eux-mêmes sont confrontés aux mêmes problèmes, sous la forme de virophages et de transpovirons. Pour Raoult, c’est un soutien supplémentaire à l’idée que les virus géants pourraient être un quatrième domaine de la vie.

Raoult soupçonne que l’on découvrira d’autres virophages, des transpovirons et de toutes nouvelles classes d’ADN mobiles dans le futur, nichés dans d’autres virus géants.

Il y a une autre tournure à l’histoire du virophage. En 2010, un couple de Français est tombé malade avec de la fièvre, des étourdissements et des nausées. Deux d’entre eux sont nés au Laos et ils s’y étaient rendus pour visiter des amis et de la famille. Cinq jours après leur retour, leurs symptômes ont commencé. Les deux présentaient des traces d’infections par des vers parasites, qui ont probablement été récupérés par le biais de nourriture consommée lors de leurs voyages. Quelle que soit la cause principale, un traitement antiparasitaire a stoppé la maladie. Mais dans leur sang, Raoult a trouvé une chose étrange : des anticorps qui reconnaissent le virophage Spoutnik.

Jusqu’à l’exemple récent du Spoutnik 2, aucun virophage n’avait été associé à un humain auparavant. Encore plus troublant, Raoult n’avait pas trouvé d’anticorps qui reconnaissent les virus géants. Il est possible que le couple ait été exposé à des virophages qui vivent dans des virus géants inconnus que nos outils scientifiques actuels ne détectent pas. Ou, ils ont été exposés à des virophages qui ont été trouvées dans l’eau contaminée (l’étude de Yau l’an dernier a trouvé des traces d’ADN virophage dans des échantillons provenant d’un estuaire du New Jersey et dans un lac panaméen). Raoult suspect que certains virophages pourraient infecter l’humain, mais cela reste à voir.

L’étude publiée sur PNAS : Provirophages and transpovirons as the diverse mobilome of giant viruses.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This