De par ses gigantesques avalanches, la lune de Saturne, Iapetus, est un modèle pour la Terre.

Iapetus4

Elle était déjà la plus étrange lune de notre système solaire et Iapetus (ou Japet) devient encore plus étrange. Les Images de la mission spatiale Cassini révèlent que la mystérieuse lune de Saturne subit de monstrueuses avalanches de glace, tenant la deuxième place, en terme de taille, derrière les glissements de terrain observés sur Mars. Leur étude, selon les chercheurs, pourrait aider à mieux comprendre les catastrophes géologiques, ici sur Terre.

Notre système solaire héberge quelques jolies lunes, mais elles ne sont pas aussi curieuses que Iapetus. Comme votre Guru vous la décrivait il y a un an, notamment la façon dont elle avait récupéré sa curieuse tache en forme d’éclaboussure, Japet est comme un rébus entouré de mystère, enveloppé dans un manteau externe bicolore.

Pour le rappel, Japet porte deux couleurs complètement différentes; l’hémisphère de la lune à la traine est aussi brillante et réfléchissante que la neige, mais son hémisphère avant est aussi sombre que du bitume fraichement coulé, une caractéristique qui a conduit de nombreux astronomes à se référer à elle comme la lune “peinte” ou "yin-yang".

Comment la lune yin-yang a acquis cette coloration bizarre ? c’est un mystère. Personne n’est encore sûr de quoi est faite la matière sombre. Ce qui est tout aussi étonnant, c’est l’arête proéminente qui court de façon quasi parfaite le long de l’équateur de Iapetus (une caractéristique qui lui a valu encore un autre surnom : "la lune noix". Comme sa coloration, personne n’est sûr de savoir comment la crête… est apparue.

Ci-dessous : l’arête de Iapetus est bien visible dans cette image (Credit:NASA/JPL/SSI)

iapetus_5

Maintenant, les chercheurs ont ajouté un autre casse-tête : de terribles avalanches de glace.

Selon la principal auteur de l’étude Kelsi Singer :

Nous voyons des glissements de terrain partout dans le système solaire, mais Japet de la lune glacée de Saturne a plus de glissements de terrain géants que tout autre corps autre que Mars.

Singer a utilisé des images capturées par la sonde Cassini de la NASA pour trouver des fractures dans la surface glacée de la lune qui, selon le chercheur associé et co-auteur de l’étude, William McKinnon, pourrait aider à expliquer la crête équatoriale de la planète. Elle n’a presque pas trouvé de preuve de fractures, mais elle a identifié 30 énormes avalanches de glace. Treize d’entre elles avaient dévalé les pentes du massif montagneux équatorial de la lune, les 17 autres étaient descendues le long des parois des cratères d’impact.

Ci-dessous : Un glissement de terrain du cratère Malun sur Iapetus, plus précisément un pan de la paroi s’est fendu pour s’effondrer sur 35 km depuis la base du cratère.

cratère-Malun-Iapetus

McKinnon, dont la recherche s’articule autour des corps glacés du système solaire externe, affirme que ces caractéristiques topographiques sont ce qui rendent possible ces avalanches de glace :

Les bassins d’impact géants sont très profonds et il y a cette grande chaîne de montagnes qui mesure 20 kilomètres de haut, beaucoup plus élevée que le mont Everest.

L’analyse des avalanches a révélé qu’elles étaient semblables aux longues coulées des glissements de terrain sur la Terre connue sous le nom de sturzstrom (un exemple ci-dessous avec cette avant-après d’un célèbre sturzstrom, le glissement de terrain provoqué par l’éruption du Mont st Helens en 1980, qui a réduit sa hauteur de 400 m, perdant 2,3km^3 de matière ).

Mont-St-Helens-Av-Ap

Ces phénomènes géologiques peuvent parcourir des distances allant jusqu’à 30 fois la hauteur à partir de laquelle ils sont tombés, emmagasinant un énorme potentiel de destruction. Les chercheurs ne sont pas sûrs des mécanismes à l’origine de la portée dévastatrice du Sturzströme, mais Singer, McKinnon et leurs collègues soupçonnent que l’étude des avalanches de Japet pourrait nous aider à mieux les comprendre.

D’après Singer :

Les glissements de terrain sur Japet sont une expérience à l’échelle d’une planète que nous ne pouvons pas reproduire dans un laboratoire ou observer sur Terre. Ils nous donnent des exemples de glissements de terrain géants dans la glace, au lieu de roches, avec une gravité différente et sans atmosphère. Ainsi, toute la théorie du battement des glissements de terrain longtemps sur la terre doit aussi travailler pour les avalanches sur Japet.

McKinnon fait écho aux sentiments de son collègue :

Vous pourriez penser que la friction est triviale, mais ce n’est pas le cas. Et cela vaut pour la friction entre les glaces et la frictions entre les rochers. Il est vraiment important non seulement pour les glissements de terrain, mais aussi pour les tremblements de terre et même pour la stabilité du terrain. Et c’est pourquoi ces observations sur une lune glacée sont intéressantes et stimulantes.

L’étude publiée sur Nature geoscience : Massive ice avalanches on Iapetus mobilized by friction reduction during flash heating.

Tags: , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse