La découverte d’un nouvel organe sensoriel chez la baleine.

bouche-baleine

Il est possible que les baleines aient la capacité de ressentir des choses que les autres créatures vivantes ne peuvent pas. Les scientifiques ont découvert une masse de vaisseau et de tissus nerveux, de la taille d’un pamplemousse, située dans le “menton” des baleines et ils pensent que c’est un type d’organe sensoriel entièrement nouveau. Il est possible qu’il permette, à ces immenses créatures, de manger en utilisant un mouvement ultra-rapide de la bouche appelé "lunge-feeding" (alimentation par mouvement brusque). Votre Guru n’a pas réussi à savoir si un terme spécifique en Français existait, en attendant…
Selon le paléobiologiste Nick Pyenson le principal chercheur de l’étude, cet organe sensoriel fait passer les baleines pour "des mammifères de l’espace."

La première chose que vous devez appréhender, à propos des baleines à fanons, c’est qu’elles sont énormes. Les plus grandes des baleines à fanons sont connues sous le nom de rorqual, un groupe qui comprend les baleines à bosse, les rorquals communs et, bien sûr, la baleine bleue, le plus grand animal vivant actuellement sur Terre.

Des animaux aussi grands que les rorquals ont besoin, de toute évidence, de beaucoup de nourriture pour survivre. Pour acquérir cette nourriture, ils s’appuient sur leurs grandes bouches hors du commun et d’une technique connue sous le nom de “lunge-feeding” dans lequel une baleine qui à faim accélère pour atteindre une vitesse élevée et ouvre grand la bouche, ce qui permet à sa gorge plissée de se déployer comme un parachute, tout en prenant une immense gorgée d’eau. La bouche se referme et la baleine commence le processus de mise à l’épreuve de sa proie, à travers un type de filtre à poils appelés fanons. Les poissons, le krill et diverses autres créatures marines sont pris dans les fanons et l’eau est expulsée.

Cette technique est connue, car elle a été maintes fois observée, mais ce qui est moins clair, c’est comment elles orchestrent ce comportement, qui implique la coopération attentive de plusieurs énormes structures anatomiques. L’échelle, la rapidité et la précision du comportement alimentaire du rorqual sont spectaculaires.

Une équipe de chercheurs de la Smithsonian Institution, dirigée par le paléobiologiste Nick Pyenson, décrit la découverte d’un organe sensorielle jusque-là inconnue, située dans le menton des rorquals, qu’ils pensent être chargés de coordonner ce comportement (lien vers l’étude plus bas).

Chez les baleines bleues, les mâchoires peuvent atteindre six mètres de long, et les mâchoires s’ouvrent et se ferment sous l’eau en dix secondes. La vitesse est importante, surtout si vous voulez capturer un grand essaim de krills avant qu’il ne se disperse.

Mais cette “alimentation par mouvement brusque”, implique plus que l’ouverture de la bouche et de se précipiter aveuglément sur ces proies. Selon Pyenson, une baleine doit être capable de sentir ce qui se passe à l’intérieur de sa bouche et de répondre à son tour à cette sensation, en contrôlant activement, à la fois, l’état des plis de sa gorge et le positionnement de ses mâchoires, afin de capturer autant de proies que possible.

Alors, quand Pyenson et ses collègues sont tombés sur une grande masse de nerf placée entre les mâchoires et de la gorge, disséquée sur des carcasses de rorquals capturées dans le cadre de la chasse commerciale en Islande (deux espèces différentes de rorquals), il ne fallut pas longtemps avant qu’ils ne réalisent que la structure charnue pourrait être impliquée dans la coordination des mouvements de la bouche des baleines.

bouche-baleine4

L’organe repose à l’intérieur du menton de la baleine, dans l’espacement entre l’ossature de ses mâchoires (photo ci-dessus, cliquez pour agrandir). La structure est pincée par les mâchoires, explique Pyenson, "et compressée à travers une fente." Mais l’organe se trouve également au sommet d’une tige de cartilage fibreux en forme d’Y qui se connecte à une poche de la gorge. Tout cela est connecté au système nerveux sensoriel de la baleine. Le résultat est un organe qui est bien placé anatomiquement pour aider à contrôler à la fois le tissu flexible adipeux de la gorge de la baleine, et les tissus osseux des mâchoires, "coordonnant à la fois les tissus durs et mous et relié mécaniquement à deux ensembles de types tissus. "

Ce qui est vraiment intéressant, c’est que l’organe semble être absent chez les petites baleines, un fait qui pourrait montrer l’importance de l’évolution de l’organe, selon le coauteur Bob Shadwick.  :

En termes d’évolution, l’innovation de cet organe sensoriel joue un rôle fondamental dans l’une des méthodes d’alimentation la plus extrême des créatures aquatiques. Parce que les caractéristiques physiques requises pour effectuer le “lunge-feeding” ont évolué avant la très grande taille du corps observé aujourd’hui chez les rorquals, il est probable que cet organe sensoriel, et son rôle dans la coordination de ce mouvement, soit responsable de l’imposante taille qui en fait l’un des plus grands animaux de la planète.

Les nerfs et les tissus conjonctifs qui composent l’organe présentent les caractéristiques de ce qu’on appelle les mécanorécepteurs :

Les humains ont des mécanorécepteurs différents tout le long de notre peau et des articulations, qui relaient l’information sur la position et la pression. Il s’agit d’une structure inhabituelle, et ce qui est vraiment inhabituel, c’est sa position. Mais il ne s’agit pas de température, ou de gout, cela concerne vraiment le mouvement et la pression. C’est sans doute l’analogie la plus étroite que nous avons.

L’anatomie de la baleine est quelque chose qui reste incroyablement mystérieux pour les chercheurs. Pendant plus de 100 ans de chasse et d’études des grandes baleines à fanons, personne n’a jamais observé l’anatomie à ce niveau de détail. Nous commençons seulement à comprendre l’anatomie des plus grands prédateurs des océans, de tous les temps.

La recherche publiée sur Nature : Discovery of a sensory organ that coordinates lunge feeding in rorqual whales.

 

Source

Tags: , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse