Apocalypse 2012 : la prophétie du calendrier maya qui n’en est pas une.

maya-2012

Il est possible que le monde prenne fin en décembre 2012, autant qu’il est possible que vous passiez de vie à trépas demain, en allumant votre grille-pain… Bien sûr je ne le vous souhaite pas, de plus en période de fêtes… Mais si c’est le cas pour 2012, il ne faudra pas créditer la soit disant prédiction de l’ancien calendrier maya, selon les experts en culture méso-américaine.

Précédemment : 2012, la fin du monde : finalement remis à plus tard…

Il est vrai que le long calendrier, qui s’étend sur environ 5125 années, à partir de 3114 avant J.C, atteint la fin d’un cycle le 21 décembre 2012. Ce jour-là apporte un terme au 13e Baktun (Compte long), une période de près de 400 ans du calendrier des Mayas. Mais plutôt que de passer au Baktun suivant, le calendrier sera remis à zéro à la fin du cycle 13, qui s’apparente à la façon dont une automobile des années 60 remettrait son compteur à zéro en atteignant le kilomètre 99 999,9.

“Nous savons bien sûr que cela signifie vraiment une centaine de milliers de km et non zéro", a déclaré William Saturno, un expert en archéologie maya à l’Université de Boston.

"Alors, est-ce que la fin du Baktun 13, signifie la fin d’une grande période se terminant ? Oui. Est-ce que les Mayas aiment les fins de période ? Oui," selon Saturno. "Les plus grandes fins de périodes qu’ils expérimentent sont les fins des Baktun." Mais "est-ce qu’il a été prédit que cela devait être la fin du monde ? Non, c’est juste nous."

Au lieu de cela, pour les Mayas, la fin du long décompte représente la fin d’un cycle ancien et le début d’un nouveau, selon Emiliano Gallaga Murrieta, directeur de l’Institut national (mexicain) d’anthropologie et d’histoire (INAH). “C’est comme pour les Chinois, c’est l’Année du lapin, et l’année prochaine conduit à l’Année du Dragon et la prochaine sera un autre animal du calendrier", a déclaré Gallaga.

La prophétie maya pour une Fin du Monde ?

Les Références écrites, de la fin du Baktun 13, sont rares. En fait, la plupart des chercheurs en culture Maya n’en citent qu’une : une tablette de pierre sur le Monument 6 au site archéologique de Tortuguero, dans l’État mexicain de Tabasco.

Qu’est-ce que déclare exactement la tablette ? Et bien c’est un mystère, parce que les glyphes en question sont partiellement endommagés.

Néanmoins, les chercheurs ont tenté de la traduire, la plus importante en 1996 par l’Université Brown, Stephen Houston et l’Université du Texas à Austin, David Stuart.

L’interprétation initiale de Houston et Stuart indiquait qu’un Dieu descendrait à la fin du Baktun 13. Que se passerait-il au prochain, cela reste incertain, bien que les chercheurs aient suggéré que cela pourrait être une prophétie quelconque.

Cette analyse de 1996 a été récupérée par de nombreux sites New Âge, des forums de discussion associée et même dans certains chapitres de livres, comme preuve que le calendrier Maya avait prédit la fin du monde, selon Stuart.

Houston et Stuart, cependant, ont indépendamment revisité les glyphes récemment et ont conclu que l’inscription ne contient, actuellement, aucune déclaration prophétique à propos de 2012.

Au contraire, la mention de la fin du Baktun 13 est probablement un énoncé prospectif qui renvoie au sujet principal de l’inscription, qui est la dédicace du Monument 6.

Dans un article sur son blog à propos de ses conclusions en octobre (lien en bas de cet article), Stuart fait une analogie à un écrivain qui souhaite immortaliser la victoire des Yankees de New York en 1950, contre les Phillies de Philadelphie dans le championnat mondial annuel.

Si cet écrivain avait utilisé le dispositif rhétorique des Mayas, utilisé dans l’inscription du Monument 6, le texte pourrait se lire ainsi :

"Le 7 octobre 1950, les Yankees de New York ont vaincu les Phillies de Philadelphie pour remporter le championnat mondial. Elle est arrivée 29 ans après la première victoire des Yankees en Série mondiale, en 1921. Et donc 50 ans avant que l’année 2000 apparaisse, les Yankees ont remporté le championnat mondial. " Écrit de cette façon, note Stuart, le texte mentionne une date ultérieure d’importance historique, l’anniversaire des 50 ans de la victoire, mais il le fait en référence à l’évènement à portée de main, c’est à dire, le match de 1950. “C’est précisément comme cela que sont structurés bon nombre d’anciens textes mayas, y compris le Monument 6 de Tortuguero", écrit Stuart.

La forme originale du Monument 6 de Tortuguero, clic pour grand format. (Dessin section principale par I. Graham, l’aile droite par D. Stuart)

tortuguero-monument-6

Selon l’INAH (l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire, Mexique), cette structure des textes maya est ce qui a confondu les esprits modernes, étant donné notre penchant pour la simple lecture littérale.

Même si l’inscription du Monument 6 fait référence à un dieu qui descend à la fin du Baktun 13, ce n’est pas une déclaration au sujet de la fin du monde, a-t-il dit.

“Ils sont écrits dans un sens plus poétique, en signifiant : et bien, le 21 décembre 2012, le dieu va descendre et commencer un nouveau cycle et le vieux monde va mourir et le Nouveau Monde va renaitre, juste pour le rendre plus poétique. "

William Saturno, archéologue à l’université de Boston, a convenu que la référence à une date spécifique est clair, mais a ajouté qu’ "il n’y a aucun texte qui suit et dit : Ici sera la fin du monde et le monde finira en feu. … Ce n’est nul part dans le texte. "
Pour Saturno, le battage médiatique autour de 2012 découle d’Occidentaux insatisfaits qui cherchent à obtenir des conseils chez les anciens, en espérant que des peuples comme les Mayas connaissaient quelque chose qui pourrait nous aider à traverser les moments difficiles actuels.
En tout cas, même si les anciennes inscriptions prédisaient explicitement la fin du monde, Saturno ne serait pas inquiet, vu les antécédents des prophéties mayas sur le long terme.
"Ils n’ont pas vu leur effondrement venir. Ils n’ont pas vu la conquête espagnole venir."

De plus lors d’une réunion organisée par l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire du Mexique (27 novembre au 2 décembre 2011), où se trouvait les archéologues et anthropologiste cité précédemment, l’archéologue Allemand Sven Gronemeyer et sa collègue Barbara Macleod de l’université la Trobe, en Australie, ont apporté un peu plus de précision. Selon leur recherche, les évènements décrits dans le Baktun 13 font référence et seraient strictement cantonné à la ville de Tortuguero, bien loin donc d’un évènement mondial …

A partir de l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire du Mexique : New interpretation of maya glyphs supposedly related to the end of the world, l’analyse détaillé du Monument 6 sur le blog de David Stuart (Université du Texas à Austin) : More on Tortuguero’s Monument 6 and the Prophecy that Wasn’t.

Tags: , ,

4 Réponses à “Apocalypse 2012 : la prophétie du calendrier maya qui n’en est pas une.”

  1. Ninjaw P.B.
    30 décembre 2011 at 2 h 02 min #

    oui mais il parait qu’il y aurait une reference dans le popol vuh

  2. 26 octobre 2012 at 14 h 15 min #

    Merci pour ce billet, je mets en favoris votre site :-)

Laisser une réponse