La culture des orang-outans se développent comme la culture humaine.

orangs-outans3

Une équipe d’anthropologues ont montré que les orangs-outans peuvent avoir la capacité d’apprendre socialement et de transmettre ces enseignements à travers les générations, la preuve que la culture chez les humains et les grands singes ont les mêmes racines évolutionnaires.

Culture (petit rappel) : se conçoit comme étant un ensemble de savoirs et de pratiques qui se partagent et se transmettent socialement au sein d’un groupe donné et non par héritage génétique.

Chez les humains, certaines innovations comportementales ont tendance à être transmises de génération en génération par l’apprentissage social. Beaucoup considèrent que l’existence de la culture chez les êtres humains, serait l’un des facteurs clés qui nous différencie des autres animaux.

Il y a, à peu près, une décennie, les biologistes, en observant les grands singes, ont remarqué des variations géographiques dans leur comportement ce qui suggère qu’ils se transmettent certaines innovations à travers les générations, tout comme les humains. À ce jour, la question est de savoir si ces variations géographiques, dans le comportement, sont entrainées culturellement ou par des facteurs génétiques et environnementaux.

Des chercheurs de l’Université de Zurich ont étudié si la variation géographique des modèles comportementaux dans 9 populations d’orangs-outans de Sumatra et de Bornéo pourrait être expliquée par la transmission culturelle. Ils ont conclu qu’elle pourrait l’être.

L’équipe a analysé plus de 100 000 heures de données comportementales et créée des profils génétiques de plus de 150 orangs-outans sauvages. Ils ont mesuré les différences écologiques entre les habitats des différentes populations en utilisant l’imagerie satellitaire et les techniques de télédétection.

Le coauteur de l’étude, publiée dans Current Biology (lien plus bas), Carel van Schaik, a déclaré :

La nouveauté de notre étude est que, grâce à l’ampleur sans précédent de nos données, nous avons été les premiers à mesurer l’influence qu’ont la génétique et les facteurs environnementaux sur les différents modes de comportement parmi les populations d’orangs-outans.

L’influence environnementale et, à un moindre degré, les facteurs génétiques ne jouent un rôle important qu’en définissant les différences dans la structure sociale et le comportement écologique entre les populations. Cependant, ces facteurs n’expliquent pas les modèles comportementaux.

Michael Krutzen, le premier auteur de l’étude, a déclaré :

L’interprétation culturelle de la diversité comportementale est également valable pour les orangs-outans et exactement de la même manière de ce que nous attendons de la culture humaine. Il semble que la capacité d’agir culturellement est dictée par la longue espérance de vie des singes et la nécessité d’être capable de s’adapter aux conditions environnementales changeantes.

L’étude publiée ici : Culture and Geographic Variation in Orangutan Behavior.

 

Source

Tags: , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse