Des muscles pour l’écholocation, chez la chauve-souris, sont les plus rapides chez les mammifères.

chauve-souris-muscle

Les chauves-souris, en plus de leurs incroyables capacités d’écholocation et pour trouver la bonne veine, sont désormais les premiers mammifères connus à posséder des muscles ultrarapides, se déplaçant une centaine de fois plus vite qu’un muscle humain moyen.

On en revient à l’écholocation, alors que les chauves-souris se rabattent sur leur proie, elles laissent sortir une rafale sonore ultra-concentrée, allant jusqu’à 190 appels par seconde. Elle est connue, en anglais, sous le terme de “terminal buzz” et comme vous pouvez probablement le deviner, vous ne voudriez pas être sur l’extrémité de la réception de celle-ci, si vous êtes la proie de la chauve-souris. C’est une remarquable capacité et c’est seulement maintenant que les scientifiques étudient ce qui permet à des chauves-souris d’effectuer de tels appels.

Il s’avère que le buzz terminal est créé par des muscles extrêmement rapide, jamais vu dans aucun autre mammifère. Quelques reptiles, oiseaux et poissons possèdent des muscles semblables, chacun capable de se contracter au moins une centaine de fois par seconde, mais cela est inouï chez les mammifères. La plupart des muscles dans le corps humain se contractent environ une fois par seconde et même les muscles les plus rapides, ceux qui contrôlent nos yeux, ne fonctionnent que vingt fois plus lentement que ces muscles de la chauve-souris.

Coen Elemans et son équipe à l’Université du Danemark du Sud et de l’Université de Pennsylvanie ont étudié comment une espèce de chauve-souris d’Eurasie, la Daubenton produit ce buzz terminal. Ils ont rapidement découvert que ces sons sont impossibles à créer dans les muscles squelettiques normaux des vertébrés. Les muscles laryngés, de la chauve-souris, représentent une adaptation unique qui leur permet de se contracter 200 fois par seconde, bien qu’il semble que, dans la pratique, il leur suffit d’atteindre la moitié de cette vitesse pour créer le buzz terminal.

Elemans explique :

Nous les avons découverts pour la première fois chez les mammifères, ce qui suggère que ces muscles, même s’ils sont extraordinaires, sont plus fréquents qu’on le croyait auparavant. Nous avons déterminé la puissance que les muscles peuvent offrir, tout comme l’on mesure les performances d’une voiture. Nous avons été surpris de voir que des chauves-souris ont ce type musculaire super rapide capable de produire des mouvements pouvant atteindre les 190 Hertz (fois par seconde).

Les chauves-souris utilisent, donc, des muscles uniques en leur genre, inconnus chez tout autre mammifère … et ils pourraient aller plus vite si elles le voulaient. Le chercheur John Ratcliffe estime que les chauves-souris pourraient atteindre les 400 appels par seconde avant que le bruit commence à confondre leurs cerveaux. Quand bien même, les muscles ne pourraient aller plus vite …

Donc, ce sont des muscles assez remarquables et le fait qu’ils ont maintenant été trouvés dans un mammifère peut signifier qu’ils sont en fait plus fréquents que nous le pensions. De toute façon, ces muscles ultrarapides sont certainement la clé de la remarquable réussite des chauves-souris comme seul mammifère volant au monde, comme Elemans l’explique :

À côté du vol et de l’écholocation, nous pensons maintenant que c’est le buzz alimenté par les muscles qui ont permis aux chauves-souris de mieux suivre les mouvements souvent erratiques des insectes dans l’obscurité et ont permis leur survie jusqu’à maintenant.

L’étude publiée sur Science AAAS : Superfast Muscles Set Maximum Call Rate in Echolocating Bats.

 

Source

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse