Les premiers pas pour donner la vie à de la matière inorganique.

ichell

Toute vie sur Terre est à base de carbone, ce qui a conduit à l’hypothèse largement répandue que toute autre vie, qui pourrait exister dans l’univers, serait également à base de carbone. Exclure la possibilité d’autres éléments que le carbone formant la base de la vie est souvent désigné comme “le chauvinisme du carbone” (Biochimies hypothétiques) et des chercheurs de l’Université de Glasgow essayent de surmonter ce penchant, pour fournir de nouveaux aperçus sur l’évolution en tentant de créer la "vie" sans carbone, à partir de produits chimiques inorganiques. Ils ont désormais pris les premières mesures provisoires pour atteindre cet objectif avec la création de cellules chimiques inorganiques, ou iCHELLS (image d’entête).

Tout comme les cellules biologiques, les cellules créées par le professeur Lee Cronin, du Collège des sciences et de l’ingénierie (Université de Glasgow), permettent à plusieurs processus chimiques d’être isolés. Ils peuvent être compartimentés en créant des membranes internes qui contrôlent le passage de matériaux et d’énergie à travers eux. Les chercheurs disent que les cellules, qui peuvent aussi stocker de l’électricité, pourraient potentiellement être utilisés dans toutes sortes d’applications, telles que des capteurs ou pour limiter/confiner des réactions chimiques.

Ci-dessous, image d’un slide présenté par le professeur Cronin lors d’une conférence TED (vidéo plus bas)

Cronin-ichell

Cependant, l’objectif ultime du projet est de démontrer que les composés chimiques inorganiques sont capables de s’auto-répliquer et d’évoluer, tout comme les cellules organiques biologiques à base de carbone.

Le professeur Cronin affirme que la théorie actuelle de l’évolution est vraiment une théorie particulière de celle-ci, car elle s’applique seulement à la biologie organique. Il précise que si lui et son équipe réussissent à créer la vie à partir de matière inorganique, cela pourrait conduire à une théorie générale de l’évolution.

“Le grand but consiste à construire des cellules chimiques complexes avec les propriétés de la vie, pouvant ainsi nous aider à comprendre comment la vie est apparue et aussi à utiliser cette approche pour définir une nouvelle technologie basée sur l’évolution dans le monde matériel, une sorte de technologie vivante inorganique”, précise le Pr Cronin. "En cas de succès, cela nous donnerait quelques idées incroyables sur l’évolution, en montrant aussi que ce n’est pas seulement un processus biologique. “

Votre Guru n’a pas pu s’en empêcher… Et encore Pinocchio était fait de bois qui renferme du carbone…

pinocchio

Lors d’une conférence TED, plutôt cette année à Édimbourg (vidéo ci-dessous), le professeur Cronin a dit que si son équipe réussit à créer la vie tout en mettant le carbone hors de l’équation, il révélerait quels autres éléments pourraient être capables de produire la vie ailleurs dans l’univers et fournir ainsi à la NASA une meilleure idée de ce qu’il faut découvrir dans la recherche de vie extraterrestre.

L’étude est publiée  dans la revue Angewandte Chemie : Modular Redox-Active Inorganic Chemical Cells: iCHELLs.

L’annonce sur la partie du site consacré au travail du professeur Cronin : Cronin Group Work on Inorganic Chemical Cells Published in Angewandte Chemie International Edition.

 

Source

Tags: , , , ,

3 Réponses à “Les premiers pas pour donner la vie à de la matière inorganique.”

  1. LeChercheur
    16 mai 2017 at 14 h 46 min #

    Voici un autre adepte du l’évolution qui se contredit lui-même.  Où est la contribution du hasard et de la sélection naturelle qui fait partie du fondement de ce dogme? Toute expérience scientifique se fait grâce à « l’intelligence ». De plus, cette expérience à un « but ». On retire deux éléments fondamentaux de la pseudo évolution, et on lui substitue deux éléments liés à une intervention « INTELLEGENTE » accompagnée d’une « INTENTION » qui sont lié au dessin d’un Créateur Tout-puissant, pour faire la preuve de la théorie de l’évolution qui lui est contraire. Quelle aberration ! Il n’y a pas d’effet sans cause. Il n’y a jamais eu d’évolution.  

    • Nekobi
      18 mai 2017 at 11 h 14 min #

      Un dogme? La science n’est pas un dogme, un vrai scientifique n’oblige jamais à personne de croire en la science, c’est surtout des tentatives de comprendre le monde tel qu’il est, sans croire que les être humains sont au centre de tout… On ne peut pas dire que c’est un dogme, les chercheurs ne pensent pas détenir la vérité absolue, ils essayent de l’atteindre et savent remettre en question leurs théories si besoin (dans le cas de bons scientifiques toujours).

      Ensuite, l’expérience a un objectif, oui, mais ce n’est pas pour autant que le sujet de l’expérience prend ces valeurs « d’intelligence » et de « but ». Les expériences qui tentent de prouver que l’évolution est un fait ont un but, mais ça ne veut pas dire pour autant que l’évolution en elle-même possède un objectif…
      L’expérience est l’intervention d’un humain pour comprendre le sujet, mais le sujet reste le même, surtout quand on parle de sciences, un humain ne va pas changer les propriétés physiques de l’univers en l’étudiant, ici c’est la même chose, tout simplement. Ils tentent de recréer de la vie différemment de ce que nous connaissons pour améliorer la théorie de l’évolution à sa base. Ce n’est pas parce qu’ils font cela que l’évolution sur terre aurait soudainement un but.

      • Olibrius
        23 mai 2017 at 9 h 39 min #

        Autant je ne partage pas l’avis de LeChercheur, autant je pense qu’il n’a pas tout à fait tort sur l’appelation « dogme ».
        Si on considère la chose d’un point de vue très pragmatique, la science est un dogme dans la mesure où la conception du monde vu par les scientifiques se base sur des fondamentaux qu’ils jugent incontestables, et admis par leur pairs.
        Fondamentaux vérifiés par des expériences, et des observations objectives.

        Et tu as tout à fait raison, Nekobi, quand tu dis qu’ils savent remettre en question leur théories, mais en soi, tout comme certaines religions. Le géocentrisme a fini par être accepté par certains après tout ?

        Et je reviens au début de ton commentaire, beaucoup de religieux n’obligent pas non plus quiconque à adhérer à leur croyances, au final, ça ne les différencie pas non plus des scientifiques !

        Au final, je pense toute certitude est un dogme, qu’elle soit basée sur un écrit religieux, ou sur une thèse scientifique.
        À la différence peut-être, que les scientifiques n’ont pas obligatoirement de certitudes, mais ils sont obligés d’admettre certains principes, comme la gravité par exemple, pour élaborer des théories à un plus haut niveau.

        Bref, tout ça pour dire qu’au cours d’une discussion avec une personne croyante, je trouve ça logique de partir sur la base suivante ;
        Nos deux visions du monde sont basées sur un dogme différent, l’un semble totalement farfelu à l’autre, et inversement.

        Le débat ne peut pas être productif, si les deux partis ne partent pas à armes égales. Ça reviendrait simplement à dénigrer les convictions d’autrui, en pensant que les seules les nôtres sont valables.

        Désolé pour ce grain de sel, je retourne me terrer dans mon trou. Passez une bonne journée !

Laisser une réponse