Comment le changement dramatique de notre écosystème, pourrait favoriser une invasion extraterrestre ?

Earl Norem Mars Attacks Cover

Mon titre et ma très jolie image d’entête, toujours dans la finesse, n’est que l’une des nombreuses suppositions, que des scientifiques de la NASA, ont analysé et publié le 16 aout, dans le cadre d’un éventuel contact avec une intelligence extraterrestre. Une longue étude qui pose la question brulante : “est-ce qu’un contact avec des extraterrestres serait bénéfique ou néfaste pour l’humanité ?”. Le point, du chapitre 3, section 3 : “extraterrestres non coopératifs” nous donne également une autre bonne raison, s’il vous en fallait une de plus, qu’il faut préserver notre environnement, si l’on ne veut pas se faire désintégrer…

Une nouvelle étude suggère que des extraterrestres pourraient considérer l’humanité comme une menace pour d’autres planètes, basée sur la façon dont nous traitons la nôtre. Si des extraterrestres (ET) intelligents existent, ils pourraient l’être assez pour réaliser à quel point nous sommes dangereux, selon un nouveau rapport par des scientifiques de la NASA et de l’Université de Pennsylvanie. En fait, si ces « intellos-cosmiques » pouvaient constater à quel point nous avons endommagé notre propre planète, ils pourraient nous exterminer pour protéger d’autres écosystèmes à travers le cosmos.

Ce n’est que spéculation de science-fiction, bien sûr, et c’est juste une théorie dans un vaste effort pour imaginer à quoi ressemblerait le contact avec une intelligence extraterrestre. Les auteurs de la recherche divisent nos visiteurs / envahisseurs en trois catégories de base : bénéfiques, neutres et nuisibles et proposent différentes idées, sur la façon dont chacune de ces catégories pourrait réagir à ce qu’elle trouve sur la Terre.

Le tableau des différents scénarios de contact avec des extraterrestres (Issu de l’étude et traduit par Guru Med) : Contact-extraterrestres

Celles-ci, vont des idées “d’extraterrestres coopératifs”, qui partagent leurs technologies et nous aide à résoudre des problèmes, des « E.T égoïstes”, qui “nous attaquent”, “nous asservissent” ou “nous mangent”. Il y a aussi beaucoup d’alternatives offertes entre les deux, comme des étrangers “sans désir de communiquer”, d’autres qui sont « sans intérêt et non utiles”, ou encore d’autres qui posent une “légère nuisance. » Les auteurs du rapport comparent ce dernier groupe aux aliens en forme de crevette dans le film « District 9 » (des extraterrestres réfugiés et ghettoïsés sur la Terre, image ci-dessous).

District9

Un dernier exemple dans les mauvais scénarios néfastes pour l’homme, le dernier du côté obscur de cette rencontre : le contact avec l’ET devient une force démoralisante pour l’humanité, avec de fortes conséquences négatives. Dans l’histoire de l’homme, les contacts entre une société moderne et une société à l’âge de pierre mènent habituellement à la disparition de la société la plus primitive. De même, en cas de contact avec l’ET, l’humanité pourrait être conduite vers un effondrement culturel mondial lorsqu’elle serait confrontée à la technologie, aux croyances ou au mode de vie de l’ET. Même si les extraterrestres sont amicaux envers nous et nous donne le choix d’accepter ou de rejeter leurs connaissances, les grandes différences entre nos sociétés respectives peuvent forcer la plus primitive (la nôtre) à rentrer dans un état d’effondrement sociétal démoralisant. Pour cette raison, si les ET connaissent déjà notre présences et s’ils souhaitent préserver l’intégrité de notre civilisation, ils peuvent alors choisir de se révéler à nous lentement et graduellement afin d’éviter une réponse calamiteuse.

Les scientifiques, pour ce rapport, ont repris et travaillés sur le paradoxe de Fermi, qui s’intéresse à la question de savoir pourquoi nous n’avons jusqu’à présent trouvé aucune trace de civilisations extra-terrestres.

Le rapport est opportun, compte tenu que la NASA et le département américain de la défense travaillent sur un projet appelé l’étude “100 Year starship”, conçu pour jeter les bases pour l’envoi de sondes et finalement de personnes, dans d’autres systèmes stellaires. L’agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense, ou DARPA, a subventionné de 500 000 $ ce projet cette année, afin de relancer le processus avec l’espoir de finalement explorer l’espace lointain à la recherche de planètes habitables et de vie extraterrestre. Mais comme son nom l’indique clairement, l’étude 100 Year starship n’est pas pour tout de suite. Il faudra des siècles à l’être humain pour atteindre les étoiles. Et c’est là, que le rapport de la NASA / Univers. Penn State intervient. Les auteurs admettent que ce n’est pas encore d’actualité, mais que c’est un effort valable pour « préparer un contact réel” avec des extraterrestres, “même si les détails de contact ne ressemblent à aucun scénario précis“.

Et, selon une de leurs théories, elle offre encore une autre raison de prendre soin de la Terre : les aliens pourraient nous juger sévèrement pour notre négligence de l’environnement sur la Terre. Un ET pourrait se méfier des civilisations qui se développent trop rapidement, suggèrent les auteurs du rapport, craignant peut-être qu’ils mettent en danger la vie sur d’autres planètes en développement (Nous avons tous vu « Avatar »). Et une telle hypothèse ne serait pas nécessairement mauvaise, le développement de l’humanité a déjà prélevé un lourd tribut sur les écosystèmes de la Terre, des forêts tropicales humides à la calotte polaire. Cela pourrait conduire certains ET à éviter de nous contacter, mais il pourrait inciter d’autres à nous tuer pour le bien de l’univers.

Une frappe préventive serait probablement effectuée dans les premières phases de notre expansion, car une civilisation peut devenir plus difficile à détruire alors qu’elle continue à se développer”, indique le rapport. “L’humanité est entrée dans la période où sa rapide expansion civilisationnelle pourrait être détectée par des extraterrestres, car notre expansion modifie la composition de l’atmosphère terrestre (via les émissions de gaz à effet de serre par exemple), ce qui change donc la signature spectrale de la Terre.

Mais avant de se préparer pour une invasion de climatologues cosmique, le rapport offre une lueur d’espoir. Il n’est pas trop tard pour changer nos manières, selon leurs suggestions, à la fois pour nous sauver des extraterrestres et pour sauver la planète de nous-mêmes. « Bien qu’il soit difficile d’estimer la probabilité de ce scénario, il devrait au minimum nous donner à réfléchir pour que nous évaluions nos tendances expansives”, écrivent les auteurs. « Comme nous continuerons la recherche d’extraterrestres dans le futur, peut-être notre réflexion sur les différents modes de contact, aidera la civilisation humaine à éviter l’effondrement et à atteindre la survie à long terme. »

L’étude passionnante, proposée en avril 2011 et rendu publique ce 16 aout, dans son intégralité, à lire au format PDF : Would Contact with Extraterrestrials Benefit or Harm Humanity? A Scenario Analysis.

 

Tags: ,

3 Réponses à “Comment le changement dramatique de notre écosystème, pourrait favoriser une invasion extraterrestre ?”

  1. 20 août 2011 at 16 h 29 min #

    Wow ! Intéressant, je vais essayer de trouver le temps de lire ce petit pdf, merci.

  2. 11 mai 2014 at 1 h 10 min #

    S’il faut passer par les extraterrestres pour devenir simplement responsable, pourquoi s’en priver ? Bref… Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer. Amen.

  3. BB
    19 août 2014 at 13 h 15 min #

    Je pense plus à un test pour notre civilisation. Passer de civilisation I à II ca demande de l’altruisme. une civilisation egoiste ne peut le faire, elle s’auto detruit. Bref le plus grand test de tout les temps nous attend. Allons nous relever le defi ou disparaitre ?

Laisser une réponse